Aller au contenu
Balance

Si le dépistage par mammographie présente des avantages, il comporte aussi des limites et des inconvénients.

AVANTAGES

  • Le dépistage permet de trouver un cancer plus tôt, ce qui augmente les chances de guérison;
    • Lorsque le cancer du sein est diagnostiqué et traité dès le début, le choix des traitements est plus grand, les traitements sont moins mutilants et les chances de guérison sont meilleures. On peut, entre autres, réduire le risque d’avoir de la chimiothérapie;
    • Les traitements contre le cancer du sein sont plus efficaces lorsque la tumeur est petite et que la maladie n'est pas étendue;
    • La détection de tumeurs de petite taille résulte en une guérison plus complète et une espérance de vie plus grande;
    • La mammographie peut permettre de détecter des anomalies aussi petites que 3 mm (comme une tête d’épingle). Elle peut donc permettre de découvrir un cancer plusieurs années avant qu’une bosse  ne soit palpable.
  • Le risque de décès par cancer du sein diminue chez les femmes qui participent au dépistage. C’est ce que confirment plusieurs études scientifiques et les résultats du Programme québécois de dépistage du cancer du sein.
  • Chaque fois que 1 000 femmes seront dépistées, 7 femmes ne décèderont pas du cancer du sein.
  • Les centres désignés doivent rencontrer de hauts standards de qualité.
  • Le programme est évalué régulièrement pour maintenir les standards de qualité dans tous les CDD et CRID de la région et de la province.
  • Vous serez rappelée automatiquement, tous les deux ans, pour passer une nouvelle mammographie. À noter, si vous devez passer une mammographie de dépistage annuellement (parce que vous êtes plus à risque), vous pouvez faire partie du programme, mais c’est votre médecin qui doit vous remettre l’ordonnance.
  • Vous recevrez votre résultat de mammographie de dépistage chez vous, par la poste.

Près de 80 % des femmes atteintes de cancer du sein n'ont aucun facteur de risque outre le fait d'être une femme et d'avancer en âge. 

Le cancer du sein arrive en première place de tous les cancers détectés chez les femmes et une sur 9 en sera atteinte au cours de sa vie. 

Les femmes âgées de 50 ans et plus, du seul fait de leur âge, présentent un risque élevé de développer un cancer du sein.

LIMITES ET INCONVÉNIENTS

Les fausses alertes

  • S’il permet de détecter les cancers plus tôt, le dépistage génère aussi de fausses alertes. Cela se produit lorsqu’une anomalie est détectée, mais que les examens réalisés à la suite de la mammographie ne révèlent pas la présence d’un cancer du sein. 
  • Ces examens supplémentaires peuvent entraîner de l’attente, de l’inquiétude et engendrer plusieurs examens de contrôle par la suite. Souvent, il ne s’agit que de nouvelles radiographies, mais quelquefois des prélèvements doivent être effectués, soit par ponction avec une aiguille, ou plus rarement lors d’une chirurgie. Dans 10 % des cas, des examens complémentaires (autres radiographies, échographie ou biopsie) sont nécessaires pour vérifier s’il y a vraiment anomalie. La plupart de ces examens confirmeront l’absence de cancer.

Le surdiagnostic

  • Le dépistage détecte certains cancers qui ne se seraient pas développés ou ne se seraient jamais propagés au cours de la vie d’une femme. Deux explications sont possibles : la femme peut décéder d’une autre cause, ou certaines tumeurs ne progressent que peu ou pas du tout. 
  • Parmi les cancers dépistés, il est impossible de déterminer lesquels sont en fait des cas de surdiagnostic. Tous les cancers dépistés sont donc traités.
  • On estime qu'environ 1 femme sur 5 ayant eu un diagnostic de cancer du sein après un dépistage aura des traitements qui n’auraient pas été nécessaires s’il n’y avait pas eu de dépistage.

Tous les cancers ne peuvent pas être détectés

  • Le dépistage par mammographie ne permet pas de détecter tous les cancers du sein. Une femme qui participe au programme peut se faire diagnostiquer un cancer du sein après avoir eu une mammographie de dépistage normale. Cela peut être dû au fait qu’un cancer était présent au moment de la mammographie de dépistage, mais qu’il n’était pas visible. 
  • Il peut aussi arriver qu’un cancer se développe rapidement, par exemple dans les deux ans suivant une mammographie de dépistage normale. 

Risques associés aux radiations

  • Les mammographies comportent une exposition aux rayons X.
  • La quantité de rayonnement que vous recevez pendant une mammographie de dépistage correspond à environ trois mois de rayonnement provenant de votre environnement habituel (par exemple : soleil, roches, sol, immeubles, air et aliments). Des études montrent que le risque qu’un nouveau cancer se manifeste dû au rayonnement auquel le sein est exposé pendant la mammographie de dépistage est extrêmement faible. Les avantages d’un diagnostic et d’un traitement précoces du cancer du sein surpassent grandement le risque d’exposition au rayonnement pendant une mammographie de dépistage.

Pour en savoir plus, voir le site du ministère de la Santé et des Services sociauxCet hyperlien ouvrira une nouvelle fenêtre..